Les jardins ouvriers
S'йchangeaient branche а branche
Des oiseaux le dimanche,
Les maisons se parlaient.
Зa sentait le bйbй,
Les dragйes, les baptкmes,
L'amour, les chrysanthиmes,
Le propre et les abbйs.
Des illusions, ils en avaient
Plein leurs armoires, plein leurs greniers
Qu'ils transmettaient par testament
А leurs enfants.
Зa s'envolait comme un ballon,
C'йtait sucrй comme un bonbon,
C'йtait pas vrai, mais c'йtait bon,
Les illusions.

Les jardins ouvriers
C'йtait de la verdure,
Un zeste de nature
Oщ le soleil brillait.
Elle qui reprisait,
Lui, qui fumait sa pipe,
Зa faisait des йquipes
Le coeur qui se taisait
Mais, les illusions,
Ils les dansaient sous les lampions,
Sur les pavйs, dans la mitraille
Des trilles des accordйons,
Les йmois, les premiers frissons,
Les fleurs mortes et les papillons,
Ficelйs dans les boоtes en carton
Vos illusions.

Les jardins ouvriers
S'йchangeaient branche а branche,
Des oiseaux le dimanche,
Mais... les maisons parlaient
Quand tu aimais les jeux
De Rimbaud, de Verlaine,
Par derriиre les persiennes,
On te montrait des yeux.
Les illusions, c'йtait au fond
Un parfum qui sentait pas bon
Comme ces fleurs qui poussent
Au milieu des chardons.
Les rumeurs battaient aux balcons
Comme le vent et les chansons,
Зa rend heureux, mais зa rend con:
Les illusions.
Correct  |  Mail  |  Print  |  Vote

Les Jardins Ouvriers Lyrics

Serge Lama – Les Jardins Ouvriers Lyrics