Sur Amsterdam traоnent encore les vocalises de Brel
Pour que la grisaille du port s'habille d'йternel
Et les navires parlent entre eux de celui qui savait les vieux
Quand la Fanette avait ses yeux
Sur Amsterdam traоnent encore les vocalises de Brel
Comme des restes de remords entre terre et ciel
Et les nuages volent bas, encore plus bas qu'en ce temps-lа
Comme s'ils pleuraient pour ces gens-lа

Et je chante, toi, tu t'йloignes, valse lente
Image morte mais vivante au coeur de tous ceux qui voulaient
Que tu chantes les bourgeois bouffis, les servantes
Tous les paumйs qui se lamentent et qui vivent de leurs secrets

Sur Amsterdam traоnent encore les vocalises de Brel
Comme йcume sur mer du Nord, gouttelettes arc-en-ciel
Et les marins chantent toujours au son d'un accordйon lourd
Qui pleurerait du mal d'amour

Et je chante, toi, tu t'йloignes, valse lente
Image morte mais vivante au coeur de tous ceux qui voulaient
Que tu chantes les bourgeois bouffis, les servantes
Tous les paumйs qui se lamentent et qui vivent de leurs secrets

Sur Amsterdam traоnent encore les vocalises de Brel
Et tous tes mots frappent si fort dans ma mйmoire rebelle
Que j'ai voulu te dire ce soir, qu'un jour au fond de ma nuit noire
Tes chansons m'entrouvirent l'espoir

Et je chante, je chante.
Correct  |  Mail  |  Print  |  Vote

Les Vocalises De Brel Lyrics

Nicolas Peyrac – Les Vocalises De Brel Lyrics