Déguste les joies de mon absurdité orpheline
Mes peintures s'extirpent de leur cadre chétif,
Les statues s'animent et rampent à côté de leur socle
Recroquevillé, nu sur une tombe, le christ s'abondonne
Dévisagé par un moine impudique, l'enfant tordu de ses yeux masqués,
Observe... Ces sexes dansant d'une telle impunité.

Tourne avec moi les pages de ce roman noir
Empire de douleur, aube de souffrance

A jamais impudique de la prière au sacrifice
Sombrement couronné Empereur
Dévoué aux luxurieux artifices

Sculpture à la verge noire
Le mal t'incite, l'interdit t'excite,
Sache que tout voile blanc s'arrache et se frippe
Rien n'exile la violence macabre de l'absurdité orpheline

Si la douleur s'essoufle, quand la mort n'est pas prête,
Je prends la forme insidieuse et secrète: la Mélancolie

Accompagne moi sur un sentier tourmenté
Dépravation, hypocrisie, viol

Tourne avec moi les pages de ce roman noir
Empire de douleur, aube de souffrance

A jamais impudique de la prière au sacrifice
Sombrement couronné Empereur
Dévoué aux luxurieux artifices

Si la douleur s'essoufle, quand la mort n'est pas prête,
Je prends la forme insidieuse et secrète: la Mélancolie

Accompagne moi sur un sentier tourmenté
Dépravation, hypocrisie, viol

Déguste les joies de mon absurdité orpheline
Mes peintures s'extirpent de leur cadre chétif,
Les statues s'animent et rampent à côté de leur socle
Recroquevillé, nu sur une tombe, le christ s'abondonne
Dévisagé par un moine impudique, l'enfant tordu de ses yeux masqués,
Observe... Ses sexes dansant d'une telle impunité.

D'où me vient ce goût pour la domination?
Es-tu mon esclave, mon fouet, mon compagnon?

Tourne avec moi les pages de ce roman noir
Empire de douleur, aube de souffrance

A jamais impudique de la prière au sacrifice
Sombrement couronné Empereur
Dévoué aux luxurieux artifices

Sculpture à la verge noire
Le mal t'incite, l'interdit t'excite,
Sache que tout voile blanc s'arrache et se frippe
Rien n'exile la violence macabre de l'absurdité orpheline

Dieu, pauvre homme pervers, avide de pouvoir terrestre
Fleuve don't on ignore la source, ta joie ne sera jamais complète.

Si la douleur s'essoufle, quand la mort n'est pas prête,
Je prends une forme insidieuse et secrète:
La Mélancolie
Correct  |  Mail  |  Print  |  Vote

Le Roman Noir Lyrics

Misanthrope – Le Roman Noir Lyrics