Quatre cents enfants noirs
Dans un journal du soir et leur pauvre sourire
Ces quatre cents visages
А la premiиre page, m'empкchent de dormir

Toi, tu dors prиs de moi, heureuse, et je le sais
Tu dors comme autrefois, moi aussi je dormais
Si la nuit est venue, pourtant Paris n'est plus
Qu'un effrayant silence

J'attends que le jour vienne, j'attends que l'on йteigne
J'attends qu'un oiseau chante, qu'un oiseau chante

Quatre cents enfants noirs
Sans manger et sans boire, avec leurs grands yeux tristes
Ces quatre cents priиres
Dans un hebdomadaire, rappellent qu'ils existent

Toi, tu dors malgrй tout, de ton sommeil heureux
Tu dors et tout а coup, je suis seul avec eux
Le soleil s'est levй, l'arroseur est passй
А Paris c'est dimanche

Ceux qui veillaient s'endorment, ceux qui dormaient s'йtonnent
Quelque part rien ne change, rien ne change, rien ne change.
Correct  |  Mail  |  Print  |  Vote

Quatre Cents Enfants Noirs Lyrics

Jean Ferrat – Quatre Cents Enfants Noirs Lyrics