Je rкve toujours d'me tirer, d'me barrer, d'me tailler, de foutre le camp
Moi qu'aimerais tant m'arrкter d'cavaler, prendre le temps
D'avoir des chats, des petits chats, des chiens, des tas d'enfants
Un vieux fauteuil au coin du feu oщ me laisser glisser а deux
Avoir mes bouquins sous la main qui s'ouvrent d'eux-mкmes
Aux pages que l'on aime et qu'on relit sans fin parce qu'on les aime

Un petit clocher de Cocagne que j'entendrais tinter
L'hiver tout comme l'йtй, la nuit, le jour, sur la campagne
Me donneraient envie de n'plus changer ma vie, on verrait chaque soir
L'tourbillon fou du monde devant la tйlй
Mes chats, mes chiens roupillant а nos pieds а poings fermйs
Et qu'au dehors le vent d'hiver se donnerait un mal de chien
Pour faire plier les peupliers que nous aurions plantйs а deux
Et les soirйes d'automne couleraient, douces et monotones
Et chaque nuit on se dirait "chйri, on rйveillonne"

Aпe! Quelle petite vie de Cocagne, l'hiver tout comme l'йtй
J'pourrais pas m'en lasser, la nuit, le jour, dans ma campagne
Ni vue et ni connue dans mon petit coin perdu

Mais v'lа qu'il faut me tirer, me barrer, me tailler, foutre le camp
J'ai mкme pas l'temps d'm'oublier un instant loin du prйsent
Adieu mes chats, mes petits chats, mes chiens, adieu le vent
Ce vieux fauteuil au coin du feu, j'm'y serais jamais planquйe а deux
C'est bкte ce rкve que j'fais chaque jour dans ma p'tite auto
En venant du bureau qui pourrit ma vie de nostalgie.
Correct  |  Mail  |  Print  |  Vote

La Vie De Cocagne Lyrics

Helena Noguerra – La Vie De Cocagne Lyrics