15.12.77 ma date de naissance
Venu au monde en silence
Avec des grosses baffes
Pour faire chialer d'entrer la violence
Trop mignon, quand tu te revoie bébé sur une photo
En noir et blanc, ton père en patte d'eph avec une afro
De voir ta maman dans sa jeunesse
Ca me sert le cœur quand il évoque leur histoire avant que je naisse
Et après, mes 2 petits frères ont suivis
Puis vient la séparation qu'a marqué notre vie
Ma mère a pris son billet pour la France
Du Tiers-Monde c'était le paradis elle avait de la chance
On est resté avec papa et à la garde on nous a pris
Malgré lui le faisant passé pour quelqu'un de méchant jusqu'à ce qu'on ai peur de lui
Je me souviens de lui me tenant la main m'emmenant à la madrassah
Pour apprendre l'alphabet arabe et à écrire, c'est à lui que je dois ça
On a rejoint les cousins chez ma grand-mère maternelle au village
Sable rouge, pied nu, enfant salle et sauvage
A 10 sur un matelas pour 1 dans une maison de taule
On sait déjà retrouvé à 3 dans le berceau de mon petit frère tu rigoles
Y avait rien mais qu'est ce qu'on s'amusait bien
C'est dans la précarité que se consolide les rapports humains
Chaleureux quand t'entends parler la langue du pays
Fier d'être comorien, je sais d'où je viens, qui je suis
Si la vie est moche, les souvenirs lui donnent du charme
Quand je montais la passerelle de l'avion en saluant ma grand-mère en larme

Mes souvenirs (souvenirs) hantent ma vie
J'aimerai revenir dans mon enfance, dans l'insouciance

Mes souvenirs (souvenirs) hantent ma vie
J'aimerai revenir dans mon enfance, dans l'insouciance

84 j'arrive en France avec un gros ventre tout rikiki
Mon père c'est pas Monsieur DRUMONT comme j’envie la belle vie d'Vicky
Très impressionné par la transformation dixor
En 1 centième de seconde j'avais plus envie dti-sor
J'ratais le centre de loisir, pour Goldorak et Musclor
Les monstres blancs les comsocla et les cités d'or
J'passais mes 2 mois de vacances à Epinay-sur-seine
Chez mes cousins, à 15 minutes de la maison ghetto mais trop bien
On jouait à la chasse à l'homme, pas besoin d'tunes ni d'troc
Juste des bonbons, dessins animés on était croc
Insouciant du toboggan on aimait sauté dans le sable
Du tourniquet pour tout niqué
Aujourd'hui les gens sont méconnaissable
A l'époque, c'était 'Touche pas à mon pote'
Et depuis ça a bien changé, ils ont brûlé mon pote
Je rêvais d'un autre monde top50
Comme Mickael Jackson je voulais bouleverser le monde
85 je rentre en classe d'initiation de français
Avec la rage du bled le plus fort de l'école j'ai défonçai
Je fus un petit garçon dissipé et fougueux
A Paris on se croyait dans les Alpes, tellement l'hiver était rugueux
J'avais 8 piges au CP
Un air sur scène j'étais souvent au coin
J'étais pas con je gagnais des bons points
Sur la photo de classe j'étais le seul petit noir
J'ai bu la tasse dans le petit bain, cassé un bras à la patinoire
Ma grosse tête dans une cagoule, plein de crottes de nez BEURK
A l'époque de Matt Svilander et Stéphane Hettberg
86 y a eu cet accident de voiture j'ai mordu ma langue
Découpé en 2, j'étais à 8 points de soutures
Ne pas rapper 't'écoute Ricky' en ce moment tu kiff
Moi j'ai gueulé ma race attaché pour pas que la bouche ferme recousu à vif
J'avais pour colocataires des cafards les huissiers ont vu mes larmes
La vie est moche mais les souvenirs lui donnent du charme

Mes souvenirs (souvenirs) hantent ma vie
J'aimerai revenir dans mon enfance, dans l'insouciance

Mes souvenirs (souvenirs) hantent ma vie
J'aimerai revenir dans mon enfance, dans l'insouciance

87 j'arrive à St-Ouen avec un pull rouge pantalon vert
Un gros cartable, qui me faisait marché de travers
Je te met un peu au courant de mon histoire quand EDF nous coupait le courant
J'allumais la bougie de l'espoir
Sur mes baskets y avait un mec qui faisait du vélo
Pendant que mon gros orteil lui, te disait 'Hello!'
J'aimais bien le foot, faire la course, toujours d'aplomb
Un petit faible pour les blondes, mais pour être beau fallait être blond
De nos jours les blacks et les arabes ont la cote
Grâce au foot et au rap
Nique le FN qui boycotte
Je m'invitais dans les Boom, comment sa en salle attitude
Me donnait leur goûter pour que je les défende à l'étude
'Donne moi ta trousse de biff' exécution
Molardait ma main, pour retourner l'écusson
J'imitais la signature de ma mère quand le livret était mauvais
Avec le fil du poste elle me foutais, et moi je smurfais
Ca me faisait bien dormir la nuit les volets fermés
Une bonne pluie, mieux qu'un somnifère réveille à l'eau froide en hiver
Mes petits frères déboulent quand on déménage pour Vitry
A lépoque de black, boxe,snak
Mon voisin Mokobe m'a bousillé de hip-hop
De break, de hard-pop, la high la hightop
Avec le 113 on a monté notre premier groupe
J'ai connu Manu Key, Kerry James à l'époque des Troubs, des Fila
Je rencontre le 'Intouchable crew' à Choisy-Le-Roy
Orly choisit Vitry lié par le 183
Au début c'était l'union on faisait nos réunions sur l'toit
C'est devenu MAFIA K1 FRY, regarde moi bien toi
Et puis est venu l'époque de la délinquance la violence
La défonce, les conseils de disciplines, les renvoies, les galères
Ceci cela, mais bon tout ça c'est trop long,
En plus je t'ai déjà raconté dans les autres albums

Mes souvenirs (souvenirs) hantent ma vie
J'aimerai revenir dans mon enfance, dans l'insouciance

Mes souvenirs (souvenirs) hantent ma vie
J'aimerai revenir dans mon enfance, dans l'insouciance

Mes souvenirs (souvenirs) hantent ma vie
J'aimerai revenir dans mon enfance, dans l'insouciance

Mes souvenirs (souvenirs) hantent ma vie
J'aimerai revenir dans mon enfance, dans l'insouciance

Innocence
La meilleur époque de notre vie
Loin de la souffrance d'aujourd'hui
Hey wa Flashback, à l'époque de Flash Dance
Correct  |  Mail  |  Print  |  Vote

Souvenirs Lyrics

Rohff – Souvenirs Lyrics

Songwriters: RONALD S. ALTBACH, ALFONSO J N CERVANTES, HOUSNI N M KOUBOI, SAID N NABIL
Souvenirs lyrics © Sony/ATV Music Publishing LLC, Universal Music Publishing Group

LyricFind
Lyrics term of use