Nous ?tions vingt ou trente
Brigands dans une bande
Tous habill?s de blanc
A la mode des, vous m’entendez . . . .
Tous habill?s de blanc
A la mode des marchands.

La premi?re volerie
Que je fis dans ma vie,
C’est d’avoir goupill?
La bourse d’un, vous m’entendez. . . .
C’est d’avoir goupill?
La bourse d’un cur?.

J’entrais dedans la chambre,
Mon Dieu, qu’elle ?tait grande !
J’y trouvais mille ?cus,
Je mis la main, vous m’entendez. . . .
J’y trouvais mille ?cus,
Je mis la main dessus.

J’entrais dedans une autre,
Mon Dieu, qu’elle ?tait haute !
De robes et de manteaux,
J’en chargeais trois, vous m’entendez. . . .
De robes et de manteaux,
J’en chargeais trois chariots.

Je les portais pour vendre,
A la foire en Hollande.
J’les vendis bon march?,
Ils ne m’avaient rien, vous m’entendez. . . .
J’les vendis bon march?,
Ils ne m’avaient rien co?t?.
Ces Messieurs de Grenoble,
Avec leurs longues robes,
Et leurs bonnets carr?s,
M’eurent bient?t, vous m’entendez. . . .
Et leurs bonnets carr?s,
M’eurent bient?t jug?.

Ils m’ont jug? ? pendre,
Ah ! c’est dur ? entendre !
A pendre et ?trangler,
Sur la place du, vous m’entendez. . . .
A pendre et ?trangler,
Sur la place du march?.

Mont? sur la potence,
Je regardais la France,
J’y vis mes compagnons,
A l’ombre d’un, vous m’entendez. . . .
J’y vis mes compagnons,
A l’ombre d’un buisson.

Compagnons de mis?re,
Allez dire ? ma m?re,
Qu’elle ne me reverra plus,
J’suis un enfant, vous m’entendez. . . .
Qu’elle ne me reverra plus,
J’suis un enfant perdu
Mail  |  Print  |  Vote

La Complainte De Mandrin Lyrics

Yves Montand – La Complainte De Mandrin Lyrics